Assurances et location à court terme (ex. Airbnb) font-elles bon ménage ?

12 octobre 2018

Louer sa maison pour en tirer un revenu alors qu’on passera l’été au chalet ou quelques semaines en voyages peut être alléchant. Après tout, « tout le monde le fait, fais-le donc » comme disait la pub.

Cependant, on oublie souvent de penser aux incidences que cela peut avoir sur notre couverture d’assurance.  La location de sa maison peut être considérée  comme une activité commerciale et cette activité pourrait ne pas être couverte par votre assurance habitation.

Faire des sous pourrait vous coûter cher 

Bien que les plateformes de location en ligne comme Airbnb, ChaletAuQuebec, HomeAway ou autres offrent souvent des assurances couvrant les dommages à vos biens  à divers degrés, elles ne couvrent pas tout. En cas de sinistre, qu’il soit causé ou non par vos locataires temporaires, serez-vous indemnisé ?  Si des biens sont endommagés, seront-ils remplacés en valeur à neuf ou en valeur dépréciée ? Vous pourriez y perdre au change.

Il faut savoir que les polices ne couvrent pas automatiquement une résidence lorsque celle-ci sert à générer un revenu. Certains assureurs pourraient refuser de vous indemniser, n’ayant pas été mis au courant de vos activités.

Pour toutes ces raisons, il est important de discuter de vos intentions avec votre courtier. Vous saurez exactement à quoi vous attendre, pourrez faire les ajustements d’assurance nécessaires et louer votre domicile l’esprit en paix.

En discuter vous donnera l’heure juste

Votre assureur voudra connaître la durée et la fréquence auxquelles vous comptez louer votre maison ou simplement une chambre. Certains assureurs voudront obtenir plus d’informations sur vos locataires (assurance personnelle, date de naissance, occupation, etc). On voudra savoir aussi si vous demeurez sur place lors de la location, si les locataires auront accès à des installations telles qu’une piscine, à vos véhicules ou embarcations.  Bref, tous ces détails permettront à l’assureur de bien évaluer le risque.

Il décidera alors s’il accepte ou non de couvrir cette activité, s’il doit vous imposer des restrictions ou si une couverture additionnelle est requise. Ceci pourrait se traduire par une augmentation de votre prime, ce qui serait un moindre mal comparé aux frais qui pourraient découler d’une couverture déficiente en cas de dommages à votre propriété ou à vos biens.

On le voit, offrir sa maison sur une plateforme de location ne doit pas se faire à la légère. Pourquoi ne pas en parler d’abord avec un conseiller chez Bernard&Fabien !

Articles suggérés